travailler en full remote
Zoom sur...

Full Remote : Avantages et inconvénients pour un travail en liberté… ou presque ?

Imaginez… Plus de trajet matinal, de pics d’embouteillages ou de transports bondés à subir. À la place ? Votre canapé, votre petit coin de tranquillité, votre café tout juste sorti de la machine. Quoi de plus grisant que cette grasse mat’ avant d’attaquer sa journée de travail en full remote ?

Un mode de vie dont la popularité explose : selon les dernières études, plus d’un employé sur quatre aspirait déjà à un tel fonctionnement en 2023. Mais au-delà des apparences séduisantes, jusqu’où cette révolution porte-t-elle ses promesses de liberté et d’efficacité ? Ou cache-t-elle aussi son lot d’inconvénients insidieux ?

 

Flexibilité et autonomie : le full remote au service de votre bien-être

Première caresse du full remote : la flexibilité illimitée dans la gestion de son emploi du temps. Terminé l’enchaînement des journées rythmées par les pics d’affluence et les embouteillages ! Chacun peut enfin respirer, s’octroyer ces pauses bienfaitrices au cœur d’une tâche prenante. Ou choisir ses propres créneaux de haute concentration, quitte à basculer sur des horaires atypiques.

Un nouveau souffle qui rejaillit aussi sur l’équilibre vie pro/perso, où l’on ne se sent plus tiraillé entre des sphères étanches. Le salarié gagne en autonomie, en responsabilisation. Comme en témoigne Lucie, cheffe de projet épanouie : « Plus de contraintes, que du bon temps efficace ! ».

Les études le prouvent d’ailleurs : cesser cette course effrénée vers le bureau décuple la sérénité au travail, un terreau fertile pour l’épanouissement.

 

Gain de productivité et économies : le full remote, un atout pour les entreprises et les salariés

Mais les bénéfices du full remote ne s’arrêtent pas là pour les entreprises avant-gardistes ! En réduisant le stress et la fatigue chez leurs collaborateurs, elles maximisent du même coup leur productivité et leur engagement. C’est ce que révèle une étude menée par HBR : + 13% de tâches accomplies par les télétravailleurs !

Un tour de force rendu possible par l’élimination des distractions de l’open-space ou des espaces de coworking, des interruptions intempestives et des déplacements chronophages. Sans parler des économies substantielles réalisées sur les coûts immobiliers et les frais annexes. Le cabinet Gartner évalue ainsi à près de 12 000 dollars l’épargne annuelle moyenne par salarié en remote !

Autant de gains qui expliquent la ruée des talents vers ces modèles plébiscités. À l’image de Pimpant qui, en adoptant le full remote, a pu attirer les meilleurs profils ET réduire son considérablement turnover !

 

Lire aussi : Les bonnes raisons de ne pas travailler dans un call center à Madagascar

 

Isolement et manque de cohésion : les défis du travail à distance

Mais qui dit liberté ne dit pas solitude… C’est bien là que le full remote peut vite se transformer en prison dorée. Privés de ces interactions sociales spontanées autour de la machine à café, nombreux sont les télétravailleurs à se sentir peu à peu coupés du monde.

Un manque de lien « réel » avec ses équipes, qui ronge insidieusement motivation et sentiment d’appartenance. « Au bout d’un moment, on se sent comme un explorateur livré à lui-même sur une île déserte », confie Samia, graphiste désabusée.

Un défi de taille pour maintenir la cohésion et l’esprit d’équipe ! Les outils de visioconférence et de communication unifiée deviennent indispensables, sans pouvoir remplacer la chaleur d’un échange en personne. Le management à distance requiert lui aussi un profond réajustement pour insuffler engagement et direction claire.

 

Discipline et organisation : les clés de la réussite en full remote

Mais le plus redoutable adversaire du télétravailleur distant, c’est parfois lui-même ! Seul capitaine à bord de sa journée de travail, il lui faut développer une solide autodiscipline pour tenir la barre.

Exit les vadrouilleurs de couloirs, place à une implacable gestion du temps et des priorités ! « L’organisation millimétrée est cruciale, tout comme l’instauration de routines énergisantes : préparation mentale, mise en tenue, rituel en début de journée… », conseille Justine Fraser, coach spécialiste du développement personnel.

L’ergonomie du poste de travail est un autre point noir à ne pas négliger. Investir dans un équipement adapté et prendre de saines pauses régulières s’avère indispensable pour préserver son capital santé. Car le chemin vers la sérénité passe aussi par des échanges francs avec sa hiérarchie, sur ses difficultés comme ses réussites !

 

Lire aussi : Comment faire face à un management toxique ?

 

Entre ombres et lumières, l’équilibre à trouver

Flexibilité extrême ou isolement ? Gain de sérénité ou perte de repères ? Le full remote apparaît comme une épée à double tranchant, aux bénéfices aussi éclatants que ses zones d’ombre sont insidieuses.

Loin d’être une solution unique, ce mode de travail émancipé appelle surtout les entreprises à repenser leurs modèles. En misant sur des formules hybrides, mêlant présentiel et distanciel, pour s’adapter aux besoins de chacun. Une nouvelle ère s’ouvre, celle du 100% « sur-mesure » et de l’intelligence collective. Aux manageurs d’avoir l’audace de l’embrasser !

niaina
Niaina et son équipe, des passionnés de l'écriture et du blogging. Suivez-nous !

Vous pourriez aussi aimer

Plus dans:Zoom sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *