Les essentiels à connaitre pour préserver sa santé mentale sur les réseaux sociaux
Santé et bien-être

Les essentiels à connaitre pour préserver sa santé mentale sur les réseaux sociaux

« J’ai beau scroller sans fin, cette sensation de vide persiste… » Combien d’entre nous se sont déjà reconnus dans ce cri du cœur ? Les réseaux sociaux, ces prétendus vecteurs de connexion, n’engendrent trop souvent que détresse psychologique et sentiment de solitude exacerbé. Un constat alarmant, quand on sait que 63% des jeunes entre 18 et 25 ans déclarent une dégradation de leur santé mentale sur les plateformes virtuelles.

L’ère du numérique a brisé bien des barrières, mais elle en a aussi érigé de nouvelles, plus insidieuses. D’où l’impérieux besoin de renouer avec une hygiène numérique essentielle à notre équilibre. Un défi majeur, qui appelle à reprendre les rênes de notre expérience en ligne, avant qu’il ne soit trop tard.

 

Quand les réseaux sociaux deviennent toxiques

Car quand les réseaux sociaux deviennent toxiques, les ravages sont multiples. Premières victimes : notre estime de soi et notre confiance en nous face à ce piège narcissique de la validation. Ce perpétuel jeu de comparaison malsain avec des vies idéalisées en ligne. Une anxiété dévorante qui naît de cette traque effrénée des likes et autres validations numériques.

Suivent de près les affres de la dépression, compagne des âmes rongées par un sentiment d’isolement paradoxal. Englués dans ces mondes parallèles de façade, à défaut de véritables connexions humaines. Un terreau propice aux idées noires, aux ruminations étouffantes.

Les signaux d’alarme ? Ce besoin compulsif de vérifier ses notifications à tout instant, cette impossibilité à décrocher… Autant de clignotants rouges annonciateurs d’un mal-être plus profond à juguler au plus vite, comme en attestent de nombreuses études.

 

Lire aussi : La sexualisation des contenus des influenceuses

 

Reprenez le contrôle de votre expérience digitale

Mais il est encore temps de reprendre le contrôle. De réaffirmer notre souveraineté sur ces outils devenus nos geôliers numériques. Une première clé réside dans l’adoption d’outils pour limiter avec fermeté notre temps d’écran. Pas d’indulgence coupable : décréter des plages de se détacher complètement.

Ensuite, ce sont nos usages mêmes qu’il faut repenser. En pratiquant une consommation réfléchie, éloignée des pièges de l’infiniscroll et des fils d’actualité mortifères. En recentrant nos réseaux sur les relations véritables qui nourrissent nos âmes.

Enfin, n’ayons pas peur de réenchanter notre quotidien par des activités offrant une véritable déconnexion bénéfique : loisirs créatifs, lecture, nature… Autant de soupapes de décompression pour se ressourcer, loin des charmes trompeurs des feeds engloutissants.

 

Cultiver une communauté positive et bienveillante

Mais renouer avec une hygiène numérique saine, ce n’est pas seulement fixer des limites. C’est aussi savoir cultiver un environnement virtuel épanouissant. En commençant par suivre des comptes qui nous inspirent, nous motivent et nous font grandir. Comme cette entrepreneuse qui partage ses combats avec franchise, ou ce philosophe distillant des pépites de sagesse à chaque post.

Car les réseaux sociaux peuvent aussi être ce terreau fertile pour les échanges constructifs et bienveillants. À chacun d’y semer les graines de l’empathie, en prenant soin de ses mots, en refusant le jugement hâtif. Pour en faire ces havres de compréhension mutuelle, où l’on apprend autant des autres que de soi-même.

Renoncer au culte toxique de la perfection virtuelle, enfin. Pour embrasser nos failles, nos complexités, avec douceur et autodérision. Voilà la seule voie pour nouer de véritables liens, débarrassés des masques pesants.

 

Lire aussi : L’exploitation des enfants des influenceurs sur les réseaux sociaux

 

Votre bien-être mental avant tout

Mais n’ayons crainte, au final, la santé mentale primera toujours sur l’appât du like facile. Rien ne vaut la paix intérieure, cette quiétude à réaffirmer sans cesse face aux sollicitations frénétiques du numérique. Alors, n’ayons pas peur de débrancher, de nous extraire des flux anxiogènes dès que le besoin s’en fait sentir.

Et pour panser nos blessures du virtuel, rien de tel que de se réfugier dans ces ressources apaisantes : la méditation, pour apaiser notre esprit agité. Le yoga ou la marche en pleine nature, pour se ressourcer. Ou tout simplement, la chaleur d’une main amie qui vous dit : « Tu n’es pas seul« .

Car au bout du chemin, c’est bien cette leçon qui prévaut : les écrans ne sauraient combler nos manques essentiels. Seuls l’amour de soi, la bienveillance envers autrui et la reconnexion au réel peuvent nous rendre cette sérénité intérieure, que nulle notification ne pourra jamais égaler.

 

Reprendre sa liberté numérique, l’enjeu vital de notre ère

Les réseaux ont déferlé sur nos vies comme un raz-de-marée, engloutissant nos équilibres sur leur passage. Faut-il pour autant se résigner à cette emprise toxique ? Ou au contraire, saisir l’opportunité de redevenir capitaines de nos expériences en ligne ?

C’est le défi majeur qui nous attend, cet art de vivre à l’ère 2.0. Exigeant, mais terriblement excitant. Reprendre les rênes, et se réinventer, plus forts et libres que jamais face aux charmes trompeurs du virtuel. Un chemin vers l’émancipation qui ne fait que commencer.

niaina
Niaina et son équipe, des passionnés de l'écriture et du blogging. Suivez-nous !

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *