premier rendez-vous
Femmes

1er rdv : Addition partagée ou galanterie dépassée ?

Vous souvenez-vous de votre tout premier rendez-vous amoureux ? Cette soirée entamée dans la fébrilité, ponctuée de rires maladroits et de regards fuyants… Jusqu’à l’épineuse question finale : qui va régler l’addition ?

Un rite émaillé de malaises et de non-dits qui alimente un vif débat depuis des décennies. Faut-il, à l’ère de l’émancipation féminine, perpétuer cette tradition machiste du « Monsieur paie la note » ? Ou bien la femme moderne ne doit-elle pas, au contraire, revendiquer son indépendance en partageant l’addition du 1er rdv ?

La question taraude à mesure que le féminisme réinvente les codes amoureux…

 

Partage de l’addition : symbole d’égalité ou simple question de finances ?

Pour de nombreuses femmes, ne pas proposer de diviser l’addition relève du pur réflexe égalitaire et indépendant. Assumer sa part des frais engage un geste fort : celui d’une parfaite autonomie financière, loin des vieux schémas de la galanterie masculine.

Un choix d’autant plus assumé en ces temps d’émancipation économique globale des femmes. Se refuser à cette mise en commun pourrait même paraître déplacé, voire insultant, pour beaucoup d’entre elles. Une marque de condescendance prémonitoire d’une relation déséquilibrée.

Mais attention ! Cette posture ne doit pas être uniquement réservée aux femmes aisées. Pour nombres de jeunes couples, se partager l’addition du premier rendez-vous est d’abord un impératif budgétaire. Fonction de leurs revenus respectifs, en toute équité. Une solution pragmatique évitant bien des gênes au moment de régler la note.

 

Lire aussi : Les secrets d’une amitié éternelle et inébranlable

 

La galanterie : une notion revisitée à l’ère du féminisme

La galanterie ne se résume pas à l’acte d’un homme payant l’addition seul. Loin des clichés rances de la courtoisie mielleuse, cette pratique, dans son essence, traduit un profond respect, une attention délicate envers l’autre.

À ce titre, certaines femmes y voient toujours un geste d’estime, d’admiration même, dénué de toute misogynie. Une manière pour l’homme de signifier son intérêt, exempte de tout désir de domination. Une marque de considération charmante que beaucoup apprécient encore, sans pour autant renier leur indépendance.

À condition, bien sûr, que cette galanterie se pare de modernité. Qu’elle bannisse tout relent de patriarcat ou de sexisme insidieux pour n’exprimer qu’une bienveillance authentique et réciproque. Tenir la porte, offrir son manteau ou partager l’addition peuvent ainsi devenir les nouveaux codes d’une galanterie inversée, non genrée et épurée.

 

Femme indépendante et codes amoureux : vers un nouveau compromis ?

La quête d’indépendance féminine a profondément bousculé les codes amoureux séculaires. Exit les vieilles lunes du « mâle pourvoyeur » et de la femme cantonnée à un rôle passif ! Désormais, nombre de femmes émancipées exigent des rapports plus équilibrés, jalousement garantes de leur autonomie.

Une révolution des mentalités qui ne va pas sans remise en cause des usages traditionnels. Comme ce rite ancien du « lui payer l’addition du 1er rendez-vous », perçu par certaines comme un geste dépréciatif. Voire un aveu d’infériorité financière peu compatible avec l’indépendance espérée.

Pour autant, faut-il pour ces femmes se départir de tout espoir de galanterie ? Certainement pas ! L’indépendance moderne ne les empêche pas d’apprécier les attentions d’un partenaire prévenant. Mais celles-ci doivent s’inscrire dans un respect mutuel, dénuées de tout relent de subordination. Un délicat compromis à trouver, différent pour chacune.

 

Lire aussi : 4 huiles essentielles qui vont booster la pousse de vos cheveux

 

Vers une nouvelle ère des relations amoureuses

C’est donc à une profonde réinvention des codes amoureux que nous assistons. Loin des recettes toutes faites et des antagonismes stériles, l’avenir se jouera dans la nuance et le dialogue.

Car au fond, l’essentiel n’est ni de payer ou partager l’addition, ni de ressusciter ou bannir la galanterie. Mais bien de bâtir, en toute indépendance d’esprit et dans le respect mutuel, des rapports sains, épanouis et équilibrés.

Ouvrons donc ce nouveau chapitre des relations amoureuses. En faveur d’une communication honnête entre partenaires égaux, attentifs et épris de liberté !

niaina
Niaina et son équipe, des passionnés de l'écriture et du blogging. Suivez-nous !

Vous pourriez aussi aimer

Plus dans:Femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *