voay coureur de jupon
Femmes

Comment reconnaitre à coup sûr un « voay » ou un coureur de jupons ?

Dans l’arène des jeux de séduction, une race à part sème la terreur : les voay, ces coureurs de jupons. À la fois charmeurs et prédateurs, ces hommes à femmes n’ont qu’un objectif – multiplier les conquêtes pour mieux assouvir leurs pulsions. Mais derrière les sourires ravageurs se cachent d’insidieux manipulateurs, experts dans l’art de faire fondre les cœurs…pour mieux les briser. Suivez le guide pour déjouer leurs pièges mortels et éviter l’désillusion amoureuse !

 

Le masque séduisant de l’éternel insatisfait

À première vue, le voay se laisse aisément confondre avec le gentleman charmeur des temps modernes. Très soigné sur lui, il dégage une aura de raffinement et de succès qui le rend instantanément désirable. Ses manières patinées de galanterie le parent d’un vernis de respectabilité.

Mais détrompez-vous ! Derrière ce masque de courtoisie, c’est un éternel insatisfait qui se cache. Un insatiable chasseur dont la seule réelle passion reste la conquête amoureuse dans sa forme la plus primitive. Pour ce womanizer invétéré, nulle liaison ne saurait suffire à étancher cette soif primale de séduction.

Son ingrédient fétiche ? Un sens consommé du beau discours mâtiné de flatteries exacerbées. Un homme à femmes est en effet un séducteur-né, utilisant diverses stratégies de charme pour faire tomber ses proies une à une. Des joutes oratoires dignes d’un fin rhéteur… mais aux intentions bien peu avouables !

 

Décoder les signaux trompeurs de la manipulation

Si les dehors sont trompeurs chez le voay, ses agissements trahissent vite sa vraie nature. Premier signe qui ne trompe pas : ces demandes insistantes de recevoir des images dénudées, avant même un premier rendez-vous galant ! Un manque de savoir-vivre criant qui en dit long sur l’impudeur de l’individu.

Autre signal d’alarme caractéristique : son mépris évident pour toute forme d’intimité et d’engagement durable. Le coureur de jupons fuit comme la peste toute situation trop impliquante, préférant garder la mainmise totale sur ses conquêtes.

À l’affût du moindre moment de faiblesse, il n’hésite pas à déployer de véritables manœuvres insidieuses pour garder ses proies sous l’emprise de son charme trompeur. Des méthodes de manipulation aussi retorses que son âme de séducteur impénitent.

 

Lire aussi : Les secrets d’une amitié éternelle

 

Cultiver l’indépendance pour éviter les pièges

Face aux sortilèges des voay, la meilleure des défenses reste de cultiver son indépendance d’esprit et son authenticité. Se laisser subjuguer par les charmes factices d’un homme à femmes n’est que le début d’une longue descente aux enfers.

La clé ? Travailler d’abord sur son estime personnelle pour ne plus se laisser émouvoir par les séductions frelatées d’un briseur de cœurs. Être fière de ce que l’on est, certain(e) de sa propre valeur. Une armure contre les flatteries ronflantes dont le coureur de jupons use et abuse.

Ensuite, définir fermement ses propres critères de compatibilité dans une relation durable. Qu’attend-on vraiment d’un partenaire ? Fixons-les une bonne fois pour toutes, sans craindre de fâcher le bellâtre de service. Le masque du womanizer tombera alors bien vite, quand on se mettra à discerner les vrais enjeux derrière les apparences.

 

Le prix à payer de la naïveté amoureuse

Mais gare à celles et ceux qui baisseraient leur garde face aux charmes trompeurs des voay ! Une naïveté dont le prix à payer se révèle bien lourd, au bout du compte.

Première punition inévitable : la spirale désespérante des désillusions répétées. Le manège des fausses promesses reluisantes, des espoirs bridés, des ruptures aussi soudaines que cuisantes…un gouffre d’amertume qui n’en finit plus d’aspirer les imprudents.

Pire encore, de telles expériences laissent fatalement des stigmates émotionnels tenaces. L’être trompé se mure derrière une épaisse carapace de cynisme et de méfiance, bien difficile à percer ensuite. Hantises, angoisses et idées noires squattent son esprit avec la persistance d’un virus particulièrement vicieux.

Le défi final ? Réapprendre à se faire confiance, à s’ouvrir au monde malgré les brûlures du passé. Un travail de renaissance intérieure dont bien peu de victimes des coureurs de jupons ne sortent réellement indemnes.

 

Lire aussi : Les 4 huiles essentielles qui vont booster la pousse des cheveux

 

Une sentence sans appel : Des cœurs d’acier pour déjouer les voay !

La partie est donc loin d’être gagnée face aux sortilèges des voay ou coureur de jupons. Leur maîtrise des arts obscurs de la séduction appelle une réponse de fer, à défaut d’être musclée.

L’antidote ? Forger son cœur dans les plus purs aciers de l’estime de soi et de la fermeté. Refuser de se laisser éblouir par les manèges de ces hommes à femmes. Car une chose est sûre : seule cette détermination sans faille pourra déjouer leurs derniers pièges et rendre la liberté à leurs proies.

Naïveté et aveuglement ne seront plus de mise face à ces charmeurs sans scrupules. Non, il faudra faire preuve de discernement et de clairvoyance. C’est cette lucidité froide, ce regard perçant qui perceront la cuirasse de leurs manœuvres trompeuses. Une fois leur masque tombé, un vent de liberté et d’indépendance pourra enfin balayer ces séducteurs des ténèbres dans lesquelles ils se complaisent. Leur véritable place, à l’écart des cœurs bien avisés.

niaina
Niaina et son équipe, des passionnés de l'écriture et du blogging. Suivez-nous !

Vous pourriez aussi aimer

Plus dans:Femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *