princess treatment
Femmes

Le piège du « princess treatment » : quand l’amour devient servitude

Le « princess treatment », vous connaissez ? Cette expression désigne une tendance où l’un des partenaires du couple exige d’être traité aux petits oignons, comme une véritable Altesse Royale. Lui (ou elle) attend que l’autre subvienne à ses moindres désirs, à la manière d’un serviteur dévoué. Une situation qui peut sembler charmante de prime abord, mais qui cache en réalité de nombreux pièges à éviter. Imaginez par exemple devoir ouvrir systématiquement la portière à votre compagne ou lui servir ses repas à table. Un phénomène en apparence anodin, mais qu’il convient d’aborder avec discernement et nuance.

 

Comprendre les origines du « princess treatment »

Les racines de cette tendance au « princess treatment » sont multiples. D’un côté, on assiste à une remise en cause des rôles traditionnels au sein du couple. Certains aspirent à une relation plus égalitaire, tandis que d’autres recherchent au contraire à être choyés, comme pour combler un manque. Parallèlement, l’influence des médias et réseaux sociaux ne fait que renforcer ce phénomène en véhiculant une image idéalisée du partenaire parfait, aux petits soins en permanence.

Cependant, se laisser aller à de tels extrêmes représente un terreau fertile pour les attentes malsaines et déséquilibrées. Chacun se retranche alors dans une posture figée : la personne gâtée d’un côté, le partenaire serviteur de l’autre. Un écueil à éviter si l’on veut préserver une relation saine, où règnent le respect et l’équité mutuels.

 

Lire aussi : La Gen Z sur la voie accélérée du vieillissement

 

L’envers du « princess treatment » : les coûts cachés

Derrière la séduisante image du « princess treatment » se cachent en réalité de lourds revers de médaille, aussi bien personnels que dans la dynamique du couple. Sur le plan individuel d’abord, se complaire dans un rôle de personne assistée freine considérablement l’autonomie et mine à terme l’estime de soi. On perd alors la capacité à être pleinement acteur de sa propre existence.

Du côté de la relation, ces déséquilibres exacerbent les frustrations et non-dits. L’un des partenaires en vient à tout décider tandis que l’autre se cantonne à une posture passive et inerte. Les tensions latentes ne font alors que s’accumuler insidieusement pour un jour ou l’autre exploser au grand jour.

Concrètement, on voit souvent l’un des conjoints se retrouver privé de toute liberté, malgré les attentions de l’autre. Ou à l’inverse, se sentir instrumentalisé et malmené par les exigences permanentes de son partenaire. Le « princess treatment » pousse la relation dans ses retranchements les plus malsains.

 

Bâtir une relation saine et équilibrée

Mais alors, comment cultiver une relation saine, loin des pièges du « princess treatment » ? Avant toute chose, un dialogue ouvert et honnête entre partenaires est primordial. Chacun doit pouvoir exprimer ses attentes, ses craintes, dans un respect mutuel inconditionnel. Oser les discussions qui fâchent, même si elles bousculent la zone de confort, c’est la clé pour désamorcer les non-dits délétères.

Ensuite, il faut savoir fixer une juste limite aux exigences de l’un et l’autre. Une relation n’est pas un rapport de force où l’un domine l’autre. Chacun a le droit de garder une part de mystère, d’indépendance. Rappelez-vous les sages paroles de Paul Eluard : « Il n’y a pas d’amour heureux, mais il y a des moments heureux ». Un peu d’autonomie, d’espace vital, voilà le secret de l’équilibre à deux.

 

Lire aussi : 1er rdv : Addition partagée ou galanterie dépassée ?

 

Vers un nouveau modèle de relation

Finalement, le « princess treatment » appelle à une réinvention en profondeur des codes relationnels. Finie l’époque des rôles genrés tout tracés, où l’homme devait être le pourvoyeur et la femme l’âme soumise du foyer. Ces carcans dépassés ont montré leurs limites et leur lot de souffrances.

Place désormais à un idéal d’authenticité où chacun, peu importe son genre, peut s’épanouir pleinement sans renier qui il est au plus profond de son être. Une quête d’harmonie qui passe aussi par l’acceptation de nos fragilités, de nos zones d’ombre. Voir l’autre tel qu’il est, dans toute sa complexité humaine, et non un fantasme édulcoré.

Mais gare aux extrêmes inverses ! L’équité n’est pas l’égalité absolue qui nierait les différences. C’est un subtil équilibre où le respect mutuel prime sur tout. Ni serviteur ni maître, juste deux êtres qui cheminent ensemble, aussi imparfaits soient-ils.

 

La clé pour un changement durable

Au final, le véritable chemin vers des relations apaisées et durables passera par un profond changement de mentalités. Lâcher prise sur nos désirs de contrôle, nos peurs et nos égos pour embrasser l’autre dans sa glorieuse imperfection.

Un apprentissage de l’humilité, à des années-lumière des stricts rapports de force où l’un des partenaires réduit l’autre au rang de subalterne zélé. Oui, c’est par cette révolution des cœurs et des esprits que s’écrira la nouvelle grammaire amoureuse d’un monde qui a tant besoin de se réinventer.

niaina
Niaina et son équipe, des passionnés de l'écriture et du blogging. Suivez-nous !

Vous pourriez aussi aimer

Plus dans:Femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *