tarifs internet madagascar
Madagascar

Tarifs internet à Madagascar : La fin du prix plancher, un nouveau départ ?

Dans un revirement de situation pour le moins inattendu, le gouvernement malgache vient d’annoncer l’abrogation pure et simple de la réglementation imposant un prix plancher de 0,95 dollar le gigaoctet pour les offres d’internet mobile. En cause : le constat amer que les opérateurs n’ont pas respecté leurs engagements de proposer des tarifs internet à Madagascar accessibles dans le cadre de cette réforme.

Une douche froide pour les autorités qui espéraient ainsi amener une « concurrence loyale » sur le marché, tout en protégeant le pouvoir d’achat des consommateurs. La perspective d’une nouvelle guerre des prix fait désormais planer de lourdes interrogations.

 

Rétablir une « concurrence loyale », mais à quel prix ?

En supprimant ce prix plancher controversé, les régulateurs affirment vouloir « rétablir une concurrence loyale » entre les acteurs des télécoms. Une stratégie on ne peut plus classique, censée favoriser mécaniquement une baisse généralisée des tarifs internet à Madagascar via le libre jeu de l’offre et de la demande.

Mais ce pari sera-t-il payant ? Rien n’est moins sûr. Car en redonnant autant de marges de manœuvre aux opérateurs, les autorités s’exposent aussi à d’éventuelles dérives. Le risque ? Celui d’une guerre des prix sans précédent, où les mastodontes du secteur pourraient se lancer dans des offres toutes plus agressives pour écraser la concurrence naissante.

Un scénario que le régulateur devra surveiller de très près. Faute de garde-fous stricts sur les prix et d’un véritable contrôle permanent, ces stratégies prédatrices menaceraient de nuire à l’accès au très haut débit pour tous.

 

Lire aussi : Le boom des coachs en développement personnel à Madagascar

 

La quadrature du cercle pour la démocratisation du très haut débit

Car au-delà de la simple question tarifaire, c’est bien l’objectif gouvernemental de démocratisation du numérique qui se trouve aujourd’hui remis en jeu. En supprimant toute bride aux opérateurs, le pouvoir ne perd-il pas une opportunité de garantir un internet abordable pour le plus grand nombre ?

L’équation semble en effet désormais cornélienne pour les autorités. Laisser la liberté totale aux acteurs privés de fixer leurs prix, c’est certes créer un contexte propice à l’innovation et à l’attractivité des connexions premium. Mais c’est aussi prendre le risque d’accentuer la fracture avec les populations aux revenus les plus modestes.

Une impasse qui appelle inévitablement à agir en parallèle sur d’autres leviers pour faciliter l’inclusion numérique. Renforcer les infrastructures dans les zones blanches, proposer des offres solidaires, ou encore booster le pouvoir d’achat… Autant de chantiers prioritaires pour atteindre les promesses d’un très haut débit véritablement démocratisé.

 

De nouvelles évolutions en vue sur ce marché bouillonnant ?

Difficile, dans ces conditions, de prédire avec certitude quels soubresauts vont encore agiter le paysage des tarifs internet à Madagascar dans les prochains mois. Mais certaines tendances semblent déjà se dessiner sur ce marché en pleine ébullition.

Du côté des opérateurs historiques, on s’attend à d’importantes restructurations tarifaires, avec peut-être des remaniements de gammes ou l’arrivée d’offres « choc » à très bas prix pour contrer les éventuels nouveaux entrants. Une stratégie du portefeuille musclée pour défendre leurs parts de marché.

Car la menace se précise bien, avec des alternatives comme Starlink à Madagascar qui n’auront de cesse de vanter leur connectivité illimitée, sans zones d’ombre. Des atouts de poids qui pourraient bien bousculer durablement les équilibres dans la Grande Île.

La course pour la conquête du très haut débit nomade ne fait donc que commencer sur ces terres malgaches en pleine effervescence !

 

Lire aussi : Les tarifs de Starlink à Madagascar

 

La conquête de l’internet malgache : une partie qui ne fait que commencer

Il est clair que la quête pour apporter un internet très haut débit à l’ensemble de la Grande Île de Madagascar entre dans une ère totalement nouvelle et inédite. Après ce nouveau rebondissement réglementaire, tous les scénarios sont désormais ouverts, entre espoirs de démocratisation et risque de guerre fratricide entre opérateurs.

Une certitude cependant : le jeu ne fait que commencer sur cet échiquier des tarifs internet à Madagascar plus mouvant que jamais. Reste à espérer que les régulateurs sauront jouer leur rôle d’arbitres impartiaux pour garantir l’équité dans cette partie dont les règles semblent plus brouillées que jamais. Un nouveau sacré défi en perspective !

niaina
Niaina et son équipe, des passionnés de l'écriture et du blogging. Suivez-nous !

Vous pourriez aussi aimer

Plus dans:Madagascar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *