lémuriens madagascar
Madagascar

Lémuriens et tortues malgaches saisis en Thaïlande : Le trafic d’animaux endémiques se poursuit

Une nouvelle saisie de grande ampleur vient d’être réalisée dans la lutte contre le trafic d’animaux endémiques. En Thaïlande, ce ne sont pas moins de 48 lémuriens et 1076 tortues étoilées, deux espèces protégées originaires de Madagascar, qui ont été dérobées aux griffes d’un vaste réseau criminel international. Une douloureuse piqûre de rappel des menaces qui pèsent sur la biodiversité unique de la Grande Île.

Car derrière ce coup de filet se dessine l’inquiétante réalité d’un immense trafic à Madagascar d’espèces menacées, destinées à de voraces marchés d’Asie de l’Est. Une croisade de chaque instant pour protéger les joyaux naturels de cette île continent, désormais en première ligne face à l’avidité humaine.

 

Le fruit d’une vaste opération internationale anti-trafic d’animaux endémiques

Selon le site Khaosodenglish.com, cet impressionnant coup de filet est le résultat d’une minutieuse enquête internationale, menée de concert par les polices thaïlandaise et américaine. Pendant de longs mois, les forces de l’ordre ont remonté la piste de ce réseau tentaculaire jusqu’en Indonésie, où une partie du chargement illégal transitait.

Analystes, espions, fins limiers… Tout l’arsenal des services de renseignement a été déployé pour retracer l’insaisissable piste de ces négriers des temps modernes. Un succès qui appelle désormais une suite judiciaire ferme.

 

Lire aussi : Le boom des coachs en développement personnel à Madagascar

 

Madagascar, talon d’Achille de la lutte contre le trafic ?

Mais pour réprimander ces prédateurs en col blanc, il faudra d’abord s’attaquer à la racine du mal : l’apparente impuissance des autorités malgaches à contenir ces trafics en amont. Comment, en effet, de telles cargaisons vivantes ont-elles pu être extraites aussi aisément du territoire national, en dépit des réglementations ?

La réponse serait à chercher du côté des lourdes défaillances, voire des réseaux de corruption bien implantés à Madagascar. Il devient urgent de briser cette spirale du laxisme qui facilite un véritable pillage des ressources naturelles malgaches sans précédent. Une lutte sans concession s’impose.

 

 

Des espèces en danger d’extinction, la croisade se poursuit

Derrière ce gigantesque trafic d’animaux endémiques se cachent pourtant des espèces au bord du gouffre. À l’image des lémuriens ou des tortues étoilées, joyaux de la biodiversité malgache inscrits sur la liste rouge des espèces menacées. Leur survie même est en jeu face à ce commerce d’un autre âge qui les décime impitoyablement.

Une lutte désespérée se poursuit pour endiguer ce fléau dévastateur qui ronge le patrimoine naturel de la Grande Île. Des réserves nationales aux campagnes de sensibilisation, en passant par un régime de sanctions renforcé, tous les moyens sont déployés.

 

Lire aussi : Téléphérique d’Antananarivo : Où en sommes-nous ?

 

De la Grande Île aux marchés asiatiques, le parcours d’un trafic mortel

Des forêts reculées de Madagascar aux étals des vendeurs asiatiques en passant par de sombres circuits d’acheminement, le périple de ces animaux capturés tient du calvaire. Arrachés à leur environnement naturel par des braconniers sans scrupules, ils rejoignent l’enfer des cargaisons clandestines avant d’échouer sur les marchés noirs.

Mais nul sentiment de pitié ne saurait altérer la soif de lucre des trafiquants. Car derrière ce commerce de la honte, c’est une demande insatiable pour ces « animaux chance » qui alimente la spirale mortifère. À quand des mesures à la hauteur du désastre écologique en cours ?

 

Protéger la richesse naturelle de Madagascar, un combat de chaque instant

Plus que jamais, préserver le legs environnemental exceptionnel de la Grande Île relève d’une urgence. Cette lutte pour sa biodiversité unique et vulnérable, c’est celui de l’humanité toute entière contre sa propre avidité destructrice.

Enrayer ce cycle mortifère du pillage des ressources naturelles à Madagascar passera par un sursaut des consciences et un renouveau des politiques de conservation in situ. Une croisade à mener de front par tous les acteurs, des pouvoirs publics aux ONG écologistes, pour léguer un patrimoine vivant aux générations futures.

niaina
Niaina et son équipe, des passionnés de l'écriture et du blogging. Suivez-nous !

Vous pourriez aussi aimer

Plus dans:Madagascar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *