L'enfer de l'insécurité alimentaire quotidien pour des millions de Malgaches
Madagascar

L’enfer de l’insécurité alimentaire à Madagascar : Le quotidien pour des milliers de foyers

À Madagascar, la faim n’est pas un vain mot. C’est une réalité criante, implacable, que viennent dénoncer avec force les derniers chiffres de l’ONG Action Contre la Faim. Dans son rapport 2024, l’organisation humanitaire pointe du doigt le niveau « critique », voire pire, de précarité alimentaire qui frappe 36% de la population malgache. Une part considérable de la Grande Île contrainte de survivre dans la privation la plus totale, avec toutes les conséquences dévastatrices que cela implique. Un constat implacable qui soulève l’urgence vitale d’agir.

 

Un fléau pas si surprenant après tout

Mais cette situation dramatique de l’insécurité alimentaire à Madagascar était-elle pour autant si inattendue ? Force est de constater que la plupart des ingrédients propices à cette crise étaient déjà réunis sur l’île.

D’abord, son contexte socio-économique général déplorable, marqué par une pauvreté extrême généralisée et une croissance au ralenti bien trop insuffisante pour espérer un réel décollage. Ensuite, le poids de plus en plus prégnant des crises climatiques récurrentes – sécheresses, cyclones dévastateurs – qui s’abattent sur un territoire vulnérable et mal préparé. Sans oublier l’instabilité politique chronique, réel frein au développement.

Mais c’est surtout l’absence criante de véritables politiques de long terme contre la faim et la malnutrition qui ont conduit à cette catastrophe humanitaire. Un manque d’action, concret et durable, qui hypothèque durablement l’avenir du pays.

 

Lire aussi : Quand la pauvreté devient un obstacle à une alimentation saine

 

L’agriculture malgache à genoux

Dans ce tableau déjà très sombre, un secteur paye un tribut encore plus lourd : celui de l’agriculture, véritable pilier de l’économie nationale. Pesant à elle seule 25% du PIB malgache, cette activité cruciale emploie par ailleurs les 4/5 de la population active !

Mais voilà, confrontée de plein fouet aux affres des caprices climatiques extrêmes, la production agricole s’effondre inexorablement ces dernières années. Que ce soit au niveau des rendements céréaliers comme le riz, grande culture vivrière nationale, ou bien pour les récoltes de rente comme la vanille et le girofle.

Résultat ? Une inévitable raréfaction des denrées alimentaires de base sur les marchés, avec son corollaire funeste : l’envolée stratosphérique des prix pour les rares produits disponibles. Un véritable cercle vicieux de la famine pour les foyers les plus démunis, incapables de se procurer leur subsistance journalière.

 

Lire aussi : La dangereuse hausse des tarifs d’Internet à Madagascar

 

Données choc sur la malnutrition

Mais le funeste bilan de l’insécurité alimentaire à Madagascar ne s’arrête pas aux simples pénuries. Ses ravages se mesurent aussi à l’aune des terribles statistiques de malnutrition qui frappent la population. Une véritable tragédie sanitaire que dénoncent avec force les chiffres.

On apprend ainsi que près des 3/4 des Malgaches souffrent d’un déficit calorique sévère et de carences en nutriments essentiels. Une malnutrition chronique qui touche évidemment en premier lieu les franges les plus vulnérables, comme les femmes et les enfants.

Dans les régions du Sud de la Grande Île particulièrement sinistrées par les épisodes de sécheresse extrême, la famine a même révélé son visage le plus terrifiant. Avec près d’un enfant sur deux souffrant de malnutrition aiguë, synonyme de risque élevé de mortalité. Un drame humanitaire qui réclame des secours alimentaires d’urgence massifs et coordonnés sur le terrain.

 

Lire aussi : Le boom des coachs en développement personnel à Madagascar

 

Vers une intervention massive de la communauté internationale ?

Face à l’ampleur du désastre, le constat apparaît implacable : à elle seule, la Nation malgache semble impuissante à enrayer cette spirale mortifère. C’est pourquoi de plus en plus de voix s’élèvent aujourd’hui pour réclamer une mobilisation planétaire d’une ampleur inégalée.

Une intervention musclée, alliant aides alimentaires massives et déploiements de programmes de développement agricole pérennes, semble désormais la seule issue envisageable pour sauver la Grande Île du naufrage. Une opération de la dernière chance pour vaincre définitivement la faim à Madagascar, avant qu’un point de non-retour ne soit malheureusement atteint.

 

📸 Retlaw Snellac Photography

niaina
Niaina et son équipe, des passionnés de l'écriture et du blogging. Suivez-nous !

Vous pourriez aussi aimer

Plus dans:Madagascar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *